Dans son n°180, la revue de cinéma canadienne consacre un dossier aux films et au parcours de Pierre-Yves Vandeweerd. Pour cette occasion, elle édite en DVD le film, « Les tourmentes ».

Comment obtenir le DVD ? En souscrivant un abonnement d’un an (6 numéros) à la Revue 24 Images.

www.revue24images.com

 

A propos de la Revue 24 images :

DIRECTEUR

Philippe Gajan

RÉDACTEUR EN CHEF

Bruno Dequen

COMITÉ DE RÉDACTION

Apolline Caron-Ottavi

Robert Daudelin

Marco de Blois

Bruno Dequen

Helen Faradji

Alexandre Fontaine Rousseau

Philippe Gajan

Gérard Grugeau

Gilles Marsolais

André Roy 

L’exercice critique

La politique éditoriale de 24 images est essentiellement axée sur l’exercice critique, aussi bien dans notre rapport aux œuvres que face aux questions qui touchent plus largement l’évolution du cinéma et ses conditions d’existence. La mise en perspective est donc fondamentale dans notre approche, et nous conduit à évaluer le cinéma en relation avec la société dont il est issu, mais aussi à observer cette société par le biais du cinéma qui en est le reflet.

La découverte

Si 24 images a toujours cherché à aborder le cinéma dans sa globalité en élargissant le plus possible les horizons vers ce qui se produit de meilleur dans les autres cinématographies, le mandat que nous nous sommes donnés est avant tout d’accompagner les œuvres et les artistes d’ici afin de mieux les faire connaître, mais aussi de permettre de découvrir des cinéastes inconnus ou moins connus. Nous ne voyons pas de moyen plus efficace (et durable) de développer de nouveaux publics qu’en formant le regard des spectateurs, en stimulant leur curiosité et en affinant leur perception des œuvres. Il est donc important de pouvoir aussi nous adresser aux cinéphiles en devenir que sont les plus jeunes lecteurs, un public qui appelle à être guidé et dirigé vers des œuvres plus riches et stimulantes.

La communauté

Enfin, autre point fondamental de notre mandat : travailler à rompre l’isolement de tous ceux qui réfléchissent sur la culture et le cinéma, ceux qui font vivre cet art par leur travail de création, de diffusion, etc. Il ne s’agit donc pas pour nous de nous placer en retrait pour juger le cinéma à distance, d’un lieu protégé – ni surtout pas d’en être un instrument de promotion! – mais bien de plonger dans la mêlée et de participer activement à ce qui anime le cinéma conjointement avec ceux qui le créent et le pensent. En deux mots, être solidairement responsables du devenir de notre cinéma.